" 10 préceptes pour être heureux "

Et s'il existait des petites astuces ou des règles à suivre pour être heureux ?


Alors oui, ce titre fait un peu article de Biba ou Marie Claire, je l’avoue.


Mais en cet été j’avais envie de vous écrire un article plus léger, mais pour autant je l’espère avec la même profondeur. Un article qui se lit entre deux « Pac à l’eau », des verres de rosé, sur votre transat, au retour de la plage ou de cette balade dans une calanque (si comme moi vous avez la chance de vivre au bord de l’eau). Un article tout doux mais efficace.


La plupart des préceptes énoncés ici, vous les connaissez sûrement.

Je les avais lus ou entendus moi aussi. La différence c’est que j’en ai fait aujourd’hui l’expérience. J’ai toujours su par exemple que l’exercice physique régulier procure un bien fou, sans pour autant m’y appliquer. Je défends pourtant l’idée que l’on peut décider d’être heureux et de s’atteler à la création de ce bonheur plutôt que d’attendre que cela vienne de l’extérieur.

Certains de ces conseils demandent plus d’efforts que d’autres. Vous pourrez en appliquer certains dès demain matin, d’autres qui seront à intégrer dans votre vie au quotidien et qui demanderont du temps, de l’application, mais qui croyez-moi en valent la peine. Non seulement vous aurez le sentiment de reprendre le contrôle de votre vie, mais aussi d’en devenir le maître : l’instigateur de votre bonheur.


Je ne donne pas ici de recette magique, mais je crois sincèrement pour l’expérimenter chaque jour qu’appliquer ces quelques préceptes vous permettra de vous sentir réellement heureux et épanoui, tout comme ils m’y ont aidé. Après la lecture de cet article, je serai heureux de recevoir vos avis et surtout vos trucs à vous, si vous en avez, pour vous sentir heureux.

Faire du sport


Commençons par celui-là. C’est peut-être le plus simple, le plus accessible sauf si votre santé ne le permet pas. Mais pour la plupart, une paire de baskets, un short et un t-shirt, voir même juste un tapis, nous permettent de pratiquer de l’exercice.

L’un des principaux bienfaits du sport est d’améliorer le fonctionnement du système cardio-vasculaire et ainsi d’optimiser la circulation sanguine. Il a aussi pour effet d’améliorer votre respiration. Il procure un réel effet de bien-être à la fois physique et mental, de part la sécrétion d’hormones telle l’endorphine qui génère une véritable sensation de plaisir, parfois même euphorisante (la même hormone sécrétée lorsque l’on est amoureux). Votre cerveau, mieux irrigué, bénéficiant de plus d’oxygène réfléchit aussi bien mieux et ses capacités s’accroissent.

Non seulement vous vous sentirez mieux, mais prendrez de meilleures décisions. Le sport réduit aussi le stress.


Pour ma part, je m’applique à faire une heure de vélo tous les matins depuis un mois. Je me l’impose telle une discipline. J’avoue que ce n’est pas toujours facile, alors je ne m’impose pas de performance, de vitesse ou de nombre de kilomètres, mais seulement d’aller rouler une heure. En réalité, comme pour tout le plus dur et de s’y mettre, parce qu’une fois sur le vélo, je vais toujours chercher un temps, essayer de me dépasser. Être sur mon vélo, avancer à la seule force de mes jambes et de ma tête, me donne le profond sentiment d’être le maître de ma vie. Atteindre un objectif et le dépasser m’apprennent que tout est possible quand on le veut et quand on s’en donne les moyens.

Quand je rentre, je démarre ma journée en forme, rempli d’endorphines. Ma colère ou mon stress sont évacués. Mon esprit est dégagé, mes idées s’en trouvent réellement clarifiées. De plus, voir son corps changer, perdre du poids et prendre du muscle a un réel effet non seulement sur le regard que vous vous portez, mais aussi sur celui des autres. Vous vous sentez mieux, plus combatif, plus fort. Cerise sur le gâteau pour ma part : ce plaisir de longer la mer chaque matin, d’être en contact avec la nature. C’est pourquoi je crois davantage dans le sport en extérieur qu’en salle.

Vous l’aurez compris, l’exercice, c’est la vraie bonne idée.

Cuisiner


Alors rassurez-vous je ne vais pas être aussi long sur chaque précepte que celui pour le sport.

Cuisinez ! Faites le marché, choisissez une recette et réalisez-la. Invitez des amis, ou juste une personne et cuisinez pour elle ou lui. Mettez-y du cœur. Non seulement il y aura de la satisfaction dans la tâche, mais aussi dans le fait de réaliser quelque chose soit même, de faire plaisir aux autres, de prendre du temps pour le faire, d’y mettre de l’amour. Croyez-moi, cuisiner pour quelqu’un peut être aussi satisfaisant que le sexe 😊. Cuisinez aussi pour vous. Votre mental s’apaisera. Vous prendrez soin de vous, de votre esprit et de votre corps.

Dire les choses


Dites ce que vous pensez. Posez des questions, n’interprétez pas. On se fait souvent des idées sur ce que pense les autres, sur leurs actions, on interprète. S’il ne vous a pas dit bonjour, c’est juste qu’il ne vous a pas vu, et non pas qu’il vous a évité. Appelez, posez la question ou laissez couler. C’est l’idée du second accord toltèque : n’en faites pas une affaire personnelle.

Ce que font les autres n’a que rarement un rapport avec vous. Et si vous en doutez alors dites-le. Si vous pensez quelque chose, ressentez quelque chose, dites-le. Vous serez surpris de la réaction en face. Elle sera souvent l’opposé de ce que vous imaginez. Vos relations s’en trouveront nettement améliorées, transformées.

L’étape d’après ? Demandez ce que l’on pense de vous. Ce que vous pourriez faire pour vous améliorer. Demandez aux autres de s’exprimer et de dire ce qu’ils pensent. Ne le prenez pas mal mais plutôt comme une occasion de devenir meilleur. Comme une opportunité à saisir pour améliorer encore vos relations aux autres.

Ecouter

Écoutez. Mais écoutez vraiment !

Intéressez-vous aux autres. Laissez-les parler, s’exprimer, sans émettre de jugement et sans donner votre avis. Et surtout ne ramenez pas tout à vous, à votre expérience, à votre vécu. Je fais cette erreur, je crois écouter puis apporter une solution. Mais en posant la question on m’a souvent dit que je n’écoutais que d’une oreille et pas pleinement.

Changez les phrases comme « moi à ta place », « je pense que » ou « ça me rappelle moi quand » par des phrases du genre « dis m’en plus » « qu’est-ce que tu as ressenti à ce moment-là » « comment vois-tu les choses maintenant ».

Vous en découvrirez davantage sur les personnes qui vous entourent et construirez des relations plus fortes. En couple, cela vous permettra de connaître profondément la personne qui partage votre vie et lui donnera aussi l’occasion de s’exprimer pleinement, de se sentir écoutée et comprise.

Lire


Accordez-vous dix minutes par jour (minimum) pour lire.

J’ai mis beaucoup de temps à me mettre à lire. Cela m’a demandé beaucoup d’efforts, mais c’est une ouverture sur une vision du monde complétement modifiée. Avant je trouvais qu’offrir un livre était un cadeau empoisonné. Aujourd’hui je trouve que c’est presque offrir une partie de soi. Trouvez des thèmes qui vous intéressent, qui vous attirent, et lisez. Même si ce n’est que quelques minutes, mais lisez chaque jour. Faites-en un précepte, une discipline. Vous apprendrez, vous vous évaderez, vous améliorerez vos discussions, votre manière de parler et vous vous ouvrirez au monde et aux autres.

Ecrire


Tenez un journal ou écrivez un roman. Écrivez une lettre d’amour même si vous ne l’envoyez jamais, un poème, une nouvelle. Dressez un bilan de votre vie, de votre avancement, écrivez à un ami. Faites ce que vous voulez mais essayez d’écrire chaque jour. Cela permet de clarifier vos idées, de faire sortir les choses en les couchant sur le papier ou de vous évader. Écrivez ce qui est important pour vous. Écrivez vos valeurs, vos envies, vos rêves. Écrivez à vous-même, à vous dans vingt ans, ou bien comme si vous étiez vous dans vingt ans. Écrire est une thérapie magnifique, ne vous en privez pas, même si vous faites des fautes comme moi.

Simplifier


Simplifiez vous la vie. Ne possédez pas trop.

Les biens encombrent plutôt qu’ils n’apaisent. Soyez flexibles. Appréciez des moments simples. Un verre avec un ami, une balade en forêt, s’assoir devant la mer et observer l’horizon. Simplifiez vos relations, quitte à en avoir moins. L’été nous rappelle que les moments que l’on apprécie le plus sont souvent très simples. Ils nous rappellent ce qui importe le plus dans la vie. Un barbecue entre ami, entouré de nature et des gens que l’on aime. Un bon livre sur un transat, une sieste à l’ombre d’un arbre, avoir du temps. Simplifiez-vous la vie et appréciez ainsi un été sans fin. Vivez-la pleinement.


« Le contentement apporte le bonheur, même dans la pauvreté. Le mécontentement apporte la pauvreté, même dans la richesse. » – Confucius

Adopter un rythme de vie sain et équilibré


Bon ok c’est bateau. Mais en vrai, manger plus sainement (moins de produits transformés, moins de gras, moins de sel), réduire les boissons addictives (sodas et cafés), drogues et alcools, tout ceci procure un réel bien-être. C’est avec tout ce que vous mettez dans votre corps que vos cellules se régénèrent, que vos muscles se développent, que votre cerveau se façonne. Le tout est de rester équilibré. Cela ne veut pas dire être moins drôle, moins spontané. Cela ne signifie pas ne pas se faire plaisir, mais redécouvrir d’autres bienfaits dans une alimentation plus saine, dans le fait d’être moins fatigué parce qu’on évite les excès. Connaître son rythme de sommeil et le respecter, éviter de trop manger et s’écouter. Le secret, comme dans tout, c’est l’équilibre. Votre corps vous remerciera.

Régler ses traumas, identifier ses peurs, guérir ses blessures


C’est peut-être un des points les plus importants pour ceux qui en souffrent. Il est primordial pour pouvoir être heureux de connaître les mécanismes ou évènements qui ont pu nous blesser, nous traumatiser et nourrir nos peurs. Les enfouir sous un tapis et se mentir ne fait qu’empirer les choses. Alors prenez le problème à bras le corps. Ne fuyez pas, affrontez-le. Allez voir un professionnel si besoin et commencez un travail sur vous. Vous pourrez ainsi guérir vos blessures et enfin être libre. Cela peut prendre du temps, des années, mais commencer le travail est essentiel et vous fera gagner du temps dans votre guérison.

Prendre le temps


En tout chose, sachez apprécier la valeur du temps. Que ce soit lorsque que vous mangez, lorsque que vous marchez, sachez ralentir et savourer le moment. Prenez le temps dans le sens complet du terme, prenez-le : qu’il vous appartienne. De manière plus large dans votre vie, sachez accorder du temps et vous accorder du temps. Pour guérir d’un évènement, pour se remettre d’un échec ou au contraire pour construire quelque chose, un couple, une entreprise, une maison. Prenez le temps. Le temps permet d’apprécier ce que l’on a, le moment ou ce que l’on bâtit. Il permet ensuite d’en connaître davantage la valeur. Dans un monde où tout va plus vitre, trop vite, on oublie de savourer. Les plus belles choses prennent du temps à se construire, il faut savoir l’apprécier et apprécier le voyage. Comme lorsque l’on choisit de prendre le transsibérien plutôt que l’avion pour parcourir neuf mille kilomètres et de profiter du paysage et de la compagnie des autres voyageurs plutôt que de se presser. Sachez ralentir. Sachez être patient.

Méditer et s’accorder des temps calmes


Il est difficile pour certains de méditer pleinement malgré les bienfaits connus de cette pratique. Je le conçois, je faisais partie de ceux-ci. Alors peut-être pouvez-vous simplement vous accorder un temps calme, dix minutes par jour. Un moment allongé ou assis, un sas de décompression, même quand vous avez une journée chargée sans « un moment pour vous ». Justement. Accordez-le-vous, comme une obligation. Allongez-vous quelques minutes et pratiquez par exemple la respiration en trois temps. Cela vous permettra d’augmenter votre énergie, votre concentration et même vos performances physiques, tout en réduisant votre stress et votre anxiété. La respiration est un mécanisme automatisé par votre inconscient. En reprendre le contrôle, c’est comme reprendre le contrôle de votre vie et de votre corps. Alors faite de ces moments de calme une habitude.

Être en accord avec soi


Voici un précepte un peu plus large.

Première étape : se connaître. Connaître ses valeurs, ce qui est important pour nous, ce qui nous rend heureux. Identifier les activités, les actions qui nous nourrissent dans notre vie, ce qui le fait moins ou qui nous détruit, nous déplaît.

Ensuite, observez votre vie, prenez de la hauteur.


Ce que vous faites, vos actions, votre mode de vie, est-il en accord avec vos valeurs profondes, avec vos rêves d’enfant ? Non ? Alors changez cela. C’est difficile ? C’est certain, mais changez cela tout de même. Faites le tri dans vos amis ou votre entourage si besoin. Sortez de votre vie ce qui n’est pas en accord avec vos valeurs et envies profondes, que ce soit un job, une personne ou une habitude. Ce sera dur, mais tellement bénéfique. Si besoin faites des listes, pesez le pour et le contre, mais revenez toujours avec ce diapason que sont vos valeurs et vos rêves d’enfant. Je vous promets que le reste suivra tout seul à partir du moment où vous agirez en accord avec vous-même.

Voir le positif en toute chose


La vie n’est pas toute rose. On traverse beaucoup de moments difficiles pour partager et vivre quelques bonheurs. Pourtant, dans chaque situation, il y’a du positif, il suffit d’apprendre à le voir et à focaliser son attention dessus. Une épreuve même éprouvante va vous faire grandir, va vous permettre d’apprendre sur vous, sur les autres. Perdre un emploi peut vous permettre de faire un point sur votre vie, de la simplifier ou de vous offrir la possibilité de faire aboutir un rêve que vous ne parveniez pas jusqu’alors à réaliser. Une rupture peut vous ouvrir les portes sur vous-même, vous offrir une chance de faire le point sur vous et votre vie et vous faire changer. Et ce qui semblait être une épreuve se transforme d’une certaine manière en bénédiction. Peu importe ce qui arrive ensuite, on ne sait jamais ce qu’une situation, bonne ou mauvaise, peut engendrer. Sachez simplement y voir le positif et en tirer le meilleur.

Cela me rappelle une petite histoire, celle du vieil homme et du cheval.


« Il était une fois, dans un village, un homme très pauvre qui avait un très beau cheval. Le cheval était si beau que les seigneurs du château voulaient le lui acheter, mais il refusait toujours. – « Pour moi ce cheval n’est pas un animal, c’est un ami. Comment voulez-vous vendre un ami ? » demandait-il.

Un matin, il se rend à l’étable et le cheval n’est plus là. Tous les villageois lui disent : « On te l’avait bien dit ! Tu aurais mieux de le vendre. Maintenant, on te l’a volé… quelle malchance ! ». Le vieil homme répond : « Chance, malchance, qui peut le dire ? ».

Tout le monde se moque de lui. Mais 15 jours plus tard, le cheval revient, avec toute une horde de chevaux sauvages. Il s’était échappé, avait séduit une belle jument et rentrait avec le reste de la horde. – « Quelle chance ! » disent les villageois.

Le vieil homme et son fils se mettent au dressage des chevaux sauvages. Mais une semaine plus tard, son fils se casse une jambe à l’entraînement. – « Quelle malchance ! » disent ses amis. – « Comment vas-tu faire, toi qui es déjà si pauvre, si ton fils, ton seul support, ne peut plus t’aider ! ». Le vieil homme répond « Chance, malchance, qui peut le dire ? ».

Quelques temps plus tard, l’armée du seigneur du pays arrive dans le village, et enrôle de force tous les jeunes gens disponibles. Tous… sauf le fils du vieil homme, qui a sa jambe cassée. – « Quelle chance tu as, tous nos enfants sont partis à la guerre, et toi tu es le seul à garder avec toi ton fils. Les nôtres vont peut-être se faire tuer… ». Le vieil homme répond « Chance, malchance, qui peut le dire ? ». Conte de sagesse taoïste


Le futur nous est livré par fragments. Nous ne savons jamais ce qu’il nous réserve. Ce qui apparaît comme une malchance aujourd’hui peut devenir une chance demain. Les épreuves peuvent cacher des leçons précieuses de la vie, qui nous serviront plus tard. L’important c’est de continuer à avancer en ayant des pensées positives et avoir la bonne attitude.


« Souvenez-vous que le bonheur dépend non pas de ce que vous êtes ou de ce que vous possédez, mais uniquement de votre façon de penser. » – Dale Carnegie

Vous l’aurez compris, il y’a en réalité plus de dix préceptes. Et nous pourrions encore en ajouter. La vérité c’est qu’il y en a sûrement autant que de visions du bonheur. Mais ceux-ci constituent pour moi une base. Je serais ravi de recevoir, par mail, Instagram ou par message vos astuces ou principes. N’hésitez pas !


Alors, qu’est-ce qui vous rend heureux et épanoui ?

128 vues0 commentaire
  • Icône Instagram blanc

© 2023 par PapaMia