" les règles & les lois"


Celles et ceux qui me suivent auront peut-être remarqué que je n’ai pas publié d’articles ces deux derniers week-end. La raison est principalement le manque de temps, mais cela m’a amené à m’interroger sur mon rapport aux règles, particulièrement en ce moment. Que ce soit celles que l'on s'impose, mais aussi et surtout celles qui nous sont imposées, qu'il s'agisse de lois, de recommandations, d’arrêtés préfectoraux, ou encore de règle de conduite, elles prennent énormément de place dans nos vies et les régentent.


Cette époque où l’on nous impose port du masque, confinement, couvre-feu, etc…, je m’interroge sur la limite l'attitude à adopter, pour moi, pour nous en tant que personne, en tant que société.


A quel moment la règle devient-elle la norme ? A quel instant dépasse-t-elle une limite que l’on se doit de remettre en question, franchir, voire de ne pas respecter ? A quel moment une règle devient un abus ?


Pourquoi pourtant avons-nous besoin de règles, de lois, de normes ? Pourquoi nous apportent-elles aussi un certain confort ? En quoi ces dernières peuvent finir par nous déresponsabiliser ?

Nous connaissons tous cette citation « la liberté de l’un commence là où s’arrête celle de l’autre ».

Et si exceptionnellement je publie cet article un lundi, ce n’est peut-être pas anodin.

Un rapport complexe au règles


J’ai toujours eu un problème avec les règles, les obligations, depuis toujours. Elles sont souvent pour moi une barrière, une contrainte. Mon esprit cherche à les contourner, à les dépasser.


Je me suis souvent demandé si c’était par simple esprit de contradiction ou par besoin de liberté.

Je sais aujourd’hui pour l’avoir accepté que cela est davantage lié à mon besoin de m’exprimer, de repousser les limites, de remettre en question les règles établies, d’inviter à s’interroger, à se remettre en question mais aussi à ne pas accepter certaines situations quand elles deviennent abusives. Plus que cela d’ailleurs, je me sens même depuis quelques mois à avoir une sorte de « responsabilité » à le faire. Chaque progrès vient à mon sens toujours d’une remise en question de ce qui est établi et souvent accepté de tous et d'un renversement d'une pensée, d'un système.


Les règles sont importantes et sécurisantes, c’est une réalité.

Elles nous permettent normalement de passer au vert sans avoir peur d’être percuté par une voiture. Pourtant, on constate moins d’accidents dans les pays où l’on a aboli les feux aux carrefours, responsabilisant ainsi les automobiliste.


Depuis que nous avons commencé à vivre en société, autrement dit quasiment dès le premier jour de l’apparition de l’espèce humaine, il nous a fallu ériger des règles, qui plus tard ont été appelées des lois. On peut imaginer aisément, aux prémices de l’humanité, que l’on ordonnait par exemple aux jeunes enfants de ne plus sortir après la tombée de la nuit, au risque d’être dévorés par un animal sauvage. On peut aussi supposer que dans un groupe vivant en communauté, on ait pu prendre la décision après plusieurs altercations, qu’il ne valait mieux plus chercher à conquérir la femme de son voisin, ou au contraire décider de partager les épouses, et l’ériger en loi dans la même communauté.

Certaines ont peut-être été écrites, d’autres simplement énoncées, d’aucunes appliquées consciemment ou inconsciemment sans qu’on ait forcément à les évoquer.

Les règles de bienséance, de savoir vivre, ces règles de vie en communauté en sont des exemples aujourd’hui.


Dans l’histoire biblique, Dieu a lui aussi à un moment dicté des lois à son peuple par l’intermédiaire de Moïse, un ensemble de texte, de commandements, au nombre de dix. Ce n’était pas une première, puisque déjà les peuples Grecs et Égyptiens, que le peuple juif venait de quitter, émettaient décrets, lois et commandements pour régenter la vie en communauté et/ou parfois la contrôler, dans un but pas toujours louable.


Les lois et la nature


La nature elle-même répond à des lois très strictes, très précises, immuables.


La loi de la pesanteur n’en est qu’un exemple. La manière hyper précise dont la terre tourne autour du soleil, rotation régie par des lois extrêmement complexes qui en plus de permettre la vie sur terre, lui offre les variations si agréables que sont les saisons.

La nature est parfaite. Elle poursuit un seul but : la vie.

Tout dans les lois de la nature, qu’il s’agisse de physique, de biologie, de science, est orienté vers l’épanouissement de la vie, vers la beauté, vers la diversité, jamais vers le pourvoir, la domination, la négation de la vie.


Heureux le sage, instruit des lois de la nature, Qui dompte et foule aux pieds d'importunes erreurs, Le sort inexorable et les fausses terreurs : Qui regarde en pitié les fables du Ténare, Et s'endort au vain bruit de l'Achéron avare ! - Biographie de Virgile -


" L’apport fondamental d’Aristote en matière de sciences morales et politiques consiste, en particulier, à montrer la supériorité de la loi sur le règne d’un homme, fût-il le meilleur, car la loi, impersonnelle et dépouillée des passions aveugles dont l’individu est la proie, c’est, dit-il, « la raison libérée du désir »." Wikipedia


J’ai deux lectures de ce texte. La première avec laquelle je suis d’accord, c’est qu’il vaut mieux des lois écrites pour tous et par tous que le règne d’un homme, « fut-il le meilleur », qui peut être en proie à des passions, des désirs de pouvoirs, de contrôles, etc …

Je suis d’accord avec cette idée écrite il y a 2380 ans (rien que cela) !


Mais je m’interroge quand je regarde le monde aujourd’hui.


Donald Trump, Vladimir Poutine, Xi Jinping, dirigeant respectivement les États-Unis, la Russie et la Chine, les trois plus grandes puissances mondiales à ce jour, « en proie à des passions aveugles » ?

La loi nous protège-t-elle vraiment aujourd’hui comme le pensait Aristote des passions, des failles et des désirs de pouvoirs de tels hommes à l’égo démesuré ? Je vous laisse répondre par vous-même.

Ma deuxième lecture ? Cette idée que la loi est là pour nier les passions et du coup les sentiments. Sûrement l’idée qui me dérange le plus et qui est d’ailleurs pour moi la plus difficile à accepter.

Cela m’a permis de comprendre ma difficulté avec les règles telles qu’elles sont édictées et appliquées aujourd’hui. Elles nient notre humanité, nos sentiments, nos émotions. Elles ne servent pas la vie mais la régentent souvent dans l’intérêt d’une élite voir d’un seul homme.

Alors j’essaie d’éveiller les consciences avec mes moyens. Par la réflexion, par ma démarche artistique, mais aussi en assumant mes sentiments, émotions, faiblesses et failles, conscient qu’elles font de moi un être humain mais aussi qu’il faut comprendre que l’on ne peut pas plaire à tout le monde pour faire bouger les mentalités. J’essaie aussi d’être plus souple, plus ouvert, avec mes enfants, de les aider à éveiller leur sensibilité et à la développer plutôt que, comme je le faisais auparavant, leur enseigner à être forts, durs parce que le monde est ainsi. Mes règles sont claires parce que je sais qu’ils ont besoin d’un cadre. Mais quand ils les dépassent afin de s’exprimer plus pleinement je les félicite et les encourage.

Je ne sais pas si cet article à un réel intérêt, mais je crois que résister, se remettre en question, nous mais aussi notre société, est essentiel si ce n’est vital. Je suis convaincu que ceux qui amorcent et initient les plus beaux changements dans le monde sont souvent allés à contre sens du mouvement général.

Alors ce soir je vous invite à lire l’histoire ou le récit de quelques-unes de ces personnes qui à un moment ont décidé de défier les lois, les autorités, les règles ou l’ordre établi. Des êtres humains comme vous et moi, qui ont simplement décidé de défendre leurs idées, leurs valeurs, l’intérêt commun au détriment du leur, parfois au risque de leur vie.

De très belles personnes, réellement inspirantes :


Malala Yousafzai

Rosa Parks

Nelson Mandela

Kate Sheepard

Mère Teresa

Mohamed Bouazizi

Pour beaucoup vous connaissez sûrement leurs histoires mais se replonger dedans est fascinant et particulièrement émouvant dans le climat actuel.

Je vous souhaite à toutes et tous une belle soirée très inspirée.


40 vues0 commentaire
  • Icône Instagram blanc

© 2023 par PapaMia