" Pourquoi les relations humaines sont si complexes ? "


Nous n’y coupons pas, tous, ou que nous vivions, nous avons toujours des interactions sociales.

Cela commence avec nos parents, puis nos frères et sœurs si nous en avons, nos amis, notre petit ou petite amoureu(se)x, nos collègues de travail, clients ou patrons, nous vivons dans un monde ou les relations humaines ont une place prépondérante, et sont même nécessaires à notre bonne santé mentale.

Ne vous est-il jamais arrivé de croiser un sdf dans la rue qui se parlait seul, ou plutôt parlait à un ami imaginaire ? Ce besoin est si vital que notre cerveau le recherche même en son absence.

Tout comme beaucoup d’animaux, nous sommes faits pour vivre entouré de nos congénères, et les échanges avec eux sont non seulement essentiels, mais surtout très enrichissants.


Pourtant, nous ne pouvons le nier, ils entrainent aussi et souvent de nombreuses difficultés.

Des relations parents-enfants compliquées aux rapports conflictuels dans le travail, des incompréhensions qu’il peut y avoir dans un couple, entre les membres d’une équipe mais aussi entre amis, les peines à comprendre l’autre et à être compris sont monnaie courante.


Beaucoup y perdent la foi. Sentiment d’être différent, d’être incompris, de ne pas savoir s’y prendre dans les relations quelles qu’elles soient, de se tromper sur les gens. Parfois c’est juste un mot, un mail, un message qui vous fait basculer. Parfois c’est l’attitude d’une personne. Un patron tyrannique alors que l’on donne son maximum. Un frère distant alors que vous pensez tout faire pour recoller les morceaux. Une mère qui semble dénuée de sentiment alors que vous lui montrez et avez besoin de son amour. Un père qui ne considère pas ce lien père fils aussi fort que vous. Quelquefois plus bêtement, c’est une amie qui fait une réflexion, votre conjoint qui ne comprends pas vos besoins. Ces situations peuvent être éprouvantes, voir même détruire la confiance, en soi, en l’autre.


Pourquoi il ne me comprend pas ? Pourquoi je ne le comprends pas ?


La réponse à cette question est assez simple. On ne se comprends pas simplement parce que c’est réellement le cas. Comprendre l’autre est quasiment impossible, c’est une cause perdue d’avance. Comment cela ?


Prenons un exemple concret :


Imaginons que l’on vous présente une amie venue passer quelques jours en France.

Elle est Japonaise. Partons du principe que vous ne connaissez pas du tout cette culture. Elle a l’air sympa, elle est souriante. Vous lui dites bonjour avec un sourire, sourire qu’elle vous rend. Vous hésitez à lui tendre la main, ou à lui faire la bise. Vous choisissez la seconde option et vous avancez vers elle. Elle recule, surprise et décontenancée. Vous êtes tout autant surpris et prenez peut-être ce geste pour du rejet. Vous ne souriez plus. Elle non plus du coup. Elle est gênée et se referme un peu sur elle-même.

Vous tentez une seconde approche, doucement en articulant bien vous dites :

« Bon-jour, as-tu fait bon vo-yage ? »

Vous faites un réel effort pour parler doucement, avec bienveillance afin quelle comprenne. Mais rien n’y fait, elle vous regarde étrangement, un peu surprise, et pouf même d’un petit rire qu'elle tente de retenir. Vous pensez quelle se moque de vous.

Votre ami intervient enfin. « Elle ne parle pas notre langue, elle arrive tout juste. Au japon, on ne fait pas la bise, c’est déplacé »

De même, il lui explique que vous êtes sympa mais pas habitué aux coutumes de son pays.


L’exemple peut nous paraitre simple, mais il résume assez bien la manière dont se passe toutes les relations et offre plusieurs lectures. Voyons ce qu’il nous apprend.


Nous ne connaissons pas les gens.


Leur culture, leur histoire, leur vie et là ou ils en sont. Tous, nous avons peur de ce que nous ne connaissons pas. Alors, notre esprit va vouloir analyser et construire des idées sur la base, à la fois de ce qu’il voit, de son histoire à lui, de son vécu, et bien sur avec sa manière à analyser à lui, façonnée par ses expériences.


C’est ce que l’on va appeler les aprioris. Ainsi, souvent, nous allons construire une sorte d’enveloppe ou de pièce d’identité de la personne sur cette base là, ce premier ressentit. (Bien sur d’autres choses rentrent en compte à ce moment-là, l’aura, les énergies, etc … mais cela fera l’objet d’un prochain article). Ne vous est il jamais arrivé par exemple d’avoir un apriori négatif sur une personne en fonction se son prénom et d’une personne que vous avez connu dans le passé portant ce dernier elle aussi ? ou encore une idée préconçue à cause de son style, de sa coupe de cheveux, d’un accessoire qu’il portait ? Notre cerveau a besoin de construire cette image afin d’être rassuré, et en confiance, et cette première impression peu mettre du temps à être modifiée.


C’est aussi pour cela que les rencontres virtuelles sont souvent décevantes. Quand vous rencontrez quelqu’un sur un réseau social ou un site de rencontre, rapidement votre cerveau construit une image de cette personne en fonction des éléments a sa disposition. Quelques photos, une légère description, puis quelques discussions aux téléphones peut être. Et soudain vous rencontrez la personne, mais ce n’est pas la même que celle que votre esprit a créé. Elle ne se tient pas de la même manière, ne parle pas de la même façon, même la voix peut sembler altérée. Vous avez simplement réalisé une projection qui évidemment n’est pas la réalité.


C’est un peu le même effet quand vous voyez un film adapté d’un livre que vous avez lu. Et vous êtes souvent déçu, car votre esprit à créé des personnages et des paysages que vous ne retrouvez pas dans la vision du réalisateur.


C’est souvent la même chose dans la vie. Vous construisez des projections sur les gens, mais la réalité est souvent différente. Le savoir et le comprendre permet de ne pas s’arrêter sur un apriori et de laisser ouvertes les portes de notre esprit afin d’apprendre à connaitre réellement les personnes qui partagent notre vie ou la croise. Et ne pas oublier une chose. Si votre cerveau agit ainsi avec les autres, le leur agit de la même manière avec vous.


Que nous apprend encore notre exemple ?


Nous projetons nos blessures sur les autres


Repensez à ce moment où vous vous sentez en quelque sorte rejeté quand cette amie montre un geste de recul. Pensez à ce moment ou elle semble se moquer de vous quand elle pouf de rire.

Nous projetons notre propre peur sur les autres. Nos peurs profondes, si elles ne sont pas réglées ou calmées, nous amène à interpréter les réactions des autres comme des attaques qui nous sont destinées, et cela malgré nous. S’il vous est arrivé d’être rejeté, trahis, ou moqué dans votre enfance ou plus tard, vous interprétez, souvent à tord, des gestes similaires comme tel. Pourtant ce ne sont que des réminiscences de vos blessures qui se manifestent, et pas du tout la réalité.

Dans le cas présent, la jeune fille recul parce qu’elle est gênée, cela à un rapport avec ses traditions et son histoire, pas avec vous. Ensuite quand elle semble se moquer en riant, c’est simplement quelle vous trouve mignon(ne), et quelle est gênée par ce sentiment quelle cherche à refréner ou à cacher, cela ayant encore un rapport avec son histoire et sa culture.


Certains auront peut-être reconnu ici la leçon donnée par le second accord toltèque :


" N’en faites pas une affaire personnelle." Don Miguel Ruiz

autrement dit : ne prenez rien personnellement.


Chacun a son histoire et son vécu, sa culture et ses traditions, des valeurs et une échelle différente de la nôtre pour ses dernières. En ne prenant jamais rien personnellement, vous vous trouverez à la fois libéré de pas mal de douleurs ou de blessures, mais en plus de cela vous vous ouvrirez davantage aux autres et serez très souvent surpris parce tout ce que vous découvrirez.

Ne vous est-il jamais arrivé après une dispute avec un ami ou en couple, d’en parler ensuite et de vous rendre compte que ce que vous aviez interprété n’était pas la réalité ? Dans une dispute chacun laisse s’exprimer ses blessures. Souvent on en vient à oublier le désaccord de base, car on a simplement laissé parler ses traumas, ses peurs parler ; que ce soit celle d’être abandonné, trahit, de ne pas être pris(e) en considération, etc… pensez-y lors de votre prochain différent. Les disputes sont saines car elles vont justement vous donner l’occasion de parler de ses blessures et de les guérir. C’est cela la base d’une relations saine, amicale ou amoureuse ; la compréhension des blessures de l’autre et des réactions ou comportements qu’elles provoquent. C’est la clé d’un réel épanouissement.


Un autre point que nous apprend notre exemple ?


Les gens sont des miroirs


Au moment ou je me suis fermé, la personne en face de moi s’est fermée elle aussi.

En revanche quand je lui ai souri, elle m’a souri en retour. Un visage amical nous aide souvent à nous ouvrir, à nous sentir en sécurité. Ainsi la manière dont nous nous comportons avec les autres va influencer leur attitude envers nous. Bien sur il faut être vigilant, certaines personnes ont des blessures si profondes quelle ne peuvent ou ne veulent pas les régler.

Restez vigilants, mais soyez accueillants et ouverts, et même en cas de désaccord, restez détaché et bienveillants. Même le plus grand tortionnaire est souvent décontenancé par un sourire. Un sourire ou une expression de visage tendre peut souvent désamorcer une dispute et la transformer en discussion constructive.

Parler la même langue


Le point le plus évident de notre exemple est évidemment la « barrière de la langue ».

Pour la plupart, dans notre vie de tous les jours et dans nos relations, nous parlons la même langue. Pourtant, il faut bien comprendre, et cela changera beaucoup de choses dans vos interactions avec les autres, que les mots n’ont pas la même signification pour nous tous. Déjà, en fonction de notre éducation et de nos capacités, nous ne maitrisons pas la langue de la même manière, et en fonction de notre histoire personnelle, certains mots résonnent autrement. Il y a souvent, pour ne pas dire tout le temps, une différence entre ce que votre cerveau a interprété de ce que vos oreilles ont entendu de ce que cette personne a dit et de ce qu’elle voulait dire et de ce qu’elle pensait vraiment.

C’est compliqué ? Oui. La parole est juste une traduction, une image de ce que l’on pense et souhaite dire. Certaines personnes ont du mal à exprimer leurs sentiments, leurs ressenties. Soyez indulgent, avec les autres, avec vous-même.

Imaginons que l’on vous demande de dessiner le portrait d’une personne que vous avez vu. Si vous ne savez pas dessiner ou avez du mal, votre dessin n’aura rien à voir avec ce que vous avez à l’esprit, il ne sera pas ressemblant du tout. Pourtant cela veut il dire que le souvenir du visage de la personne dans votre tête n’est pas intact, que vous ne le voyez pas parfaitement dans votre esprit ? Il en va de même quand on a du mal à exprimer ses sentiments.


Nous essayons, nous sommes de bonne volonté, mais n'y parvenons pas, et ce n’est pas grave. Comme le dessin, cela s’apprend. Prendre confiance en soit, parvenir à identifier précisément des ressentis. Vous ne serez pas Leonard de Vinci mais vous parviendrez à dessiner un portrait plus proche de la réalité en apprenant, il en va de même pour vos sentiments et votre manière de les exposer.

Dans notre exemple, vous pouvez parler doucement, en articulant, vos efforts ne changeront rien : vous ne parlez pas la même langue. Cela ne veut pas dire que l’un est mieux que l’autre, à tort ou a raison, cela veut juste dire que vous êtes différent, que votre éducation a été différente.

De même dans une relation, si vous ne cherchez pas à comprendre le fonctionnement de l’autre, son histoire, ses peurs et ses protections, si vous n’intégrez pas qu’il peut être radicalement opposé aux vôtres, tous les efforts que vous pourriez faire n’aboutiront à rien.


Toujours dans notre exemple, vous pourriez alors décider, pour comprendre davantage cette amie, de vous intéresser à sa culture, apprendre sa langue, et ainsi la découvrir, et la comprendre. Mais même si vous étudiez pendant cinq, dix, ou quinze ans sa langue et sa culture, pensez-vous pouvoir parvenir à penser comme elle qui à été élevée dans ce pays, cette culture, et cette langue natale ? Assurément non. Vous parviendrez certes à vous en approcher, mais ne la saisirez jamais complètement et c’est bien cela qui est magique. Vous en découvrirez toujours plus mais une part d’inconnu subsistera.

De même dans toute relations, la magie n’est pas dans la fusion, ni dans le fait de comprendre parfaitement l’autre, de le connaitre par cœur. Le plaisir est réellement dans la découverte perpétuelle de l’autre, dans la surprise en continu, tout au long des années, que ce soit en couple ou en amitié. Ce qui rend les couples ensemble depuis de longues années c’est qu’ils sont arrivés à un niveau de complicité et de compréhension de l’autre élevé, tout en ayant leur propre individualité et un profond respect pour la liberté de l’autre.

Les relations sont si belles justement parce qu’elles sont si complexes, et je crois qu’une grande partie du plaisir de la vie est dans le fait d’apprendre à connaitre profondément les autres et à se découvrir soi-même. Si nous connaissions tout des autres, si nous pouvions tout savoir et les voir en toute transparence, la vie deviendrait bien triste.

En résumé, nous sommes tous différents, et le but n’est pas de lisser ses différences mais de chercher à les connaitre, à les appréhender pour mieux se comprendre et participer à s’épanouir. Les réactions et agissements des autres les concernent eux et pas nous.

Dites vous que, si souvent c’est flou dans votre esprit, c’est aussi le cas pour les autres. Si tu as des peurs, eux aussi. Tu peux t'exercer ou te faire aider à exprimer tes besoins, tes sentiments. Il est parfois très difficile d’exprimer clairement ce que l’on veut, ses besoins, ses limites, ses failles, ses peurs, mais cela est essentiel et s’apprend. Rappelez vous que si vous avez du mal, les autres aussi, soyez indulgents comme vous aimeriez qu’on le soit avec vous, nous sommes tous dans le même bateau. Alors vous développerez des relations profondes et enrichissantes, et laisserez de coté celles qui ne le sont pas. Vous apprendrez beaucoup sur les autres, et sur vous-même.

Pour conclure, je vous laisse réfléchir et méditer sur cette superbe citation de Lacan.

Belle journée à tous !


" Le désir de l'homme trouve son sens dans le désir de l'autre. Ce que je cherche dans la parole, c'est la réponse de l'autre. Le désir est désir de l'autre. " Lacan
83 vues0 commentaire
  • Icône Instagram blanc

© 2023 par PapaMia